les-demarches-a-effectuer-a-la-fin-de-sa-mission-d-interim

Que faire à la fin de votre mission d’intérim ?

L’intérim est une bonne alternative pour faire ses preuves au sein d’une entreprise. Il arrive même régulièrement que cette mission aboutisse à un recrutement. Dans d’autres cas, c’est l’occasion de repartir sur une nouvelle mission et développer de nouvelles compétences. Vous êtes en fin de mission d’intérim et vous vous demandez ce que vous devez faire pour la suite ? Pas évident, mais voici quelques conseils qui pourront vous servir à la fin de votre mission d’intérim.

Vous aurez certainement besoin d’effectuer quelques démarches en fonction de votre situation.

 

… La mission a abouti à un CDI

Si votre mission a abouti à la signature d’un CDI, toutes nos félicitations ! Et ce n’est pas la seule bonne nouvelle pour vous. En effet, la durée de la mission d’intérim que vous avez effectuée au sein de l’entreprise est prise en compte pour le calcul de votre ancienneté dans la limite de 3 mois. Donc, la durée des missions effectuées au sein de l’entreprise utilisatrice au cours des trois mois précédents l’embauche sera prise en compte. La durée de votre mission d’intérim a également de l’incidence sur la durée de votre période d’essai.

Cependant, vous n’aurez pas droit aux indemnités de fin de mission.

 

 

… La mission n’a pas été renouvelée

Votre mission au sein de l’entreprise a pris fin ou prendra fin prochainement, mais vous ne savez pas encore ce que vous devez faire ?

Des démarches administratives et professionnelles sont à envisager dans ce cas.  

Démarche n°1 : pensez à demander à votre agence d’intérim un certificat de travail, ainsi qu’une attestation Pôle emploi.La plupart du temps, l’envoi de ces documents se fait à la remise du bulletin de paie, mais ce n’est pas systématique.

Démarche n°2 : l’intérim ouvre des droits au chômage, n’oubliez pas de faire valoir ce droit.  Le montant et la durée de l’indemnisation seront calculés en fonction de la durée de votre contrat et de votre salaire.

Démarche n°3 : la fin de votre contrat d’intérim permet également de percevoir des indemnités de fin de mission (IFM), ainsi que des indemnités compensatrices de congés payés (ICCP). Deux conditions sont à réunir pour le versement de ces indemnités : vous devez avoir terminé votre mission et ne pas être reconduit(e). À noter que vous pouvez également toucher ces indemnités à la fin de la période d’essai en intérim, à condition que celle-ci ne soit pas validée.

 

 

Si la fin de votre contrat de mission représente une occasion de se remettre en selle, quelques conseils s’imposent pour optimiser cette phase professionnelle.

Conseil n°1 : pour démarrer vos démarches professionnelles de recherches d’emploi, nous vous conseillons de faire savoir à votre conseiller en agence d’intérim que vous êtes disponible. Il saura que vous êtes à la recherche d’opportunités et pourra vous aider dans votre recherche d’un nouveau poste. Cette indemnité est au moins égale à 10% de la rémunération totale brute.

Conseil n° 2 : La fin de votre mission d’intérim peut aussi être une opportunité de se former pour enrichir votre parcours ainsi que vos compétences. Pour financer votre formation, vous pouvez avoir recours à votre Compte Personnel de Formation Projet de Transition Professionnelle (CPF-PTP). Cette modalité mise en place au début de l’année 2019 est ouverte à tout salarié en CDI, en CDD ou en intérim. Elle est valable durant le contrat comme en période de chômage.

Si vous êtes salariés intérimaires, vous pouvez faire valoir votre droit au congé de projet de transition professionnelle (PTP) auprès de votre entreprise de travail temporaire (ETT). Cette condition est valable uniquement si vous justifiez de 1600 heures de travail dont 600 heures dans la même entreprise au cours des 18 derniers mois. C’est auprès de votre ETT que vous devez faire une demande d’autorisation d’absence. Vous avez jusqu’à trois mois après la fin de votre dernier contrat de mission pour faire une demande PTP. Vous pouvez également faire appel au Fonds d’assurance formation du travail temporaire (FAF-TT) pour le financement de votre formation. Un conseiller en évolution professionnelle vous aidera à monter votre dossier de financement.