5 choses indispensables à savoir sur l’intérim

L’intérim est une forme de contrat flexible aux avantages aussi divers que variés. Ce format s’adapte aussi bien aux besoins immédiats d’un recruteur (en termes de réactivité et de gestion), qu’aux envies de l’intérimaire (en termes d’expérience, de réseau et de salaire). L’aventure vous tente ? Alors avant d’aller plus loin voici ces 5 choses indispensables à savoir sur l’intérim.

1. L’intérim c’est quoi ?

L’intérim (aussi appelé « travail temporaire ») est la mise à disposition provisoire de salariés auprès d’entreprises utilisatrices pour l’exécution d’une mission. Une fois la durée du contrat et le salaire de l’intérimaire convenus, c’est l’agence d’intérim qui embauche l’intérimaire puis le rémunère. On parle donc d’une relation triangulaire entre le salarié, l’agence d’intérim et l’entreprise utilisatrice. Ils sont tous les trois liés par un contrat tripartite, d’une part entre l’agence d’intérim et l’entreprise utilisatrice (contrat de mise à disposition) et d’autre part entre l’agence d’intérim et le salarié (contrat de mission).

2. Combien de temps dure une mission ?

La durée d’une mission en intérim est variable en fonction des besoins de l’entreprise utilisatrice. En effet, elle peut osciller d’une journée minimum à 18 mois maximum (renouvellement compris). À noter que dans certains cas précis le contrat peut aller jusqu’à 24 mois (mission à l’étranger ou commande à l’exportation) voire même 36 mois (apprentissage). Le contrat peut être renouvelé à 2 reprise à condition de ne pas dépasser la limite maximale autorisée par la loi.

3. Quelle est la durée de la période d’essai ?

Comme dans tout contrat, les missions en intérim comportent une période d’essai. Elle permet à n’importe laquelle des 3 parties d’interrompre à tout moment la mission. La période d’essai est déterminée par la convention collective ou par l’accord professionnel de l’entreprise utilisatrice. Dans le cas contraire la période d’essai est de :

  • 2 jours ouvrés pour un contrat d’un mois ou moins
  • 3 jours ouvrés pour un contrat d’un à deux mois
  • 5 jours ouvrés pour un contrat de plus de mois

4. Rompre un contrat de mission …

Il est interdit de rompre un contrat de mission sauf cas de faute grave. Si c’est l’agence d’intérim qui rompt le contrat, elle doit obligatoirement proposer à l’intérimaire un nouveau contrat dans un délai max de trois jours ouvrables (rémunérés). La durée du contrat doit être à minima égale au nombre de jours restants du précédent contrat. Rémunération, qualification, horaires et temps de transport doivent également être similaires. Dans le cas contraire le salaire restant et les indemnités de fin de mission seront versées. Si c’est l’intérimaire qui rompt le contrat, il encourt des dommages et intérêts auprès de son agence d’intérim et ne touche pas ses indemnités.

5. Pour transformer la mission en CDI ?

L’intérimaire peut à tout moment rompre son contrat de mission, à condition qu’une entreprise l’embauche en CDI. Il doit notifier par écrit le motif de cette rupture de contrat à son agence d’intérim, qui de son côté avisera l’entreprise utilisatrice. Une lettre d’engagement datée ou un contrat de travail peuvent ici faire office de justificatif. En cas de désaccord, l’intérimaire doit respecter un préavis d’une durée d’un jour ouvré par semaine restante, dans la limite de deux semaines maximum. Le cas échéant, les indemnités de fin de missions ne seront pas versées. À noter qu’en cas d’embauche des intérimaires MisterTemp’ en CDI, notre agence d’intérim en ligne s’occupe de toute la paperasse juridique et administrative, afin de simplifier ce changement de contrat gratuitement !